Cours premier cycle (cours 1 – 11)

 

1. Névrose, psychose, perversion

10 unités (périodes de 45 minutes)

 

Enseignant

Dr Michel Lévy

Psychiatre, Psychanalyste, ancien Directeur FEDEPSY, Strasbourg

 

  1. Fondement de la structure psychique

Pourquoi le sujet est-il dépassé régulièrement par ce qui lui arrive ? Comment se développent les mécanismes de défense ?

Conversion hystérique, annulation obsessionnelle, transposition phobique des affects, projection paranoïaque, idéal inanimé pervers…

Avec ces questions nous reprenons les bases de toute clinique psychanalytique.

 

Bibliographie

Freud S. (1915). Le refoulement. Métapsychologie. Paris : Gallimard (1986).

Freud S. (1926). Inhibition, symptôme, angoisse. Paris : PUF (2005).

Lacan J. (1956). Écrits. Paris : Seuil.

Lacan J. (1966). Les psychoses (séminaire III). Paris : Seuil (1981).

 

  1. Problématique de la castration

L’organisation de la subjectivité passe par le Moi et la différenciation des images, mais il lui faut du tiers.

Comment chaque structure se débat-elle avec le Symbolique, entre soumission et révolte?

Pourquoi le sujet a peur du manque et souvent n’en veut rien savoir ?

 

Bibliographie

Freud S. (1938). Clivage du Moi dans le processus de défense.

https://psychaanalyse.com/pdf/freud_Le%20clivage_du_moi_dans_le_processus_de_defense.pdf

Freud S. (1922). Disparition du complexe d’Œdipe.

https://psychaanalyse.com/pdf/freud_disparition_du_complexe_d_oedipe.pdf

Lacan J. (1958). Les formations de l’inconscient (séminaire V). Paris : Seuil.

Lacan J. (1966). Écrits. Paris : Seuil.

 

Dates

Les samedis 04 et 18 septembre 2021

09h15 – 12h00 (avec pause de 15’) et 13h30 – 14h45.

 

Lieu

Neuchâtel, CNP, rue de Vieux-Châtel 20, dernier étage.

 

Prix (formation continue) CHF 390.-

 

 

 2. La philosophie, Freud et nous

5 unités (périodes de 45 minutes)

 

Enseignant

Dr Olivier Bonard

Psychiatre-psychothérapeute FMH, Psychanalyste formateur SSPsa, Lausanne

 

Freud avait une culture philosophique, comme tous les psychologues allemands qui l’ont précédé et il avait, adolescent, envisagé de se comprendre grâce à la philosophie. Mais cette voie lui a paru incertaine et il a voulu s’appuyer sur la science, la médecine et les recherches en neuroscience pour avancer.

Ainsi régulièrement il a prétendu éviter la philosophie, mais derrière sa métapsychologie apparaissent ses bases philosophiques, Kant, Schopenhauer bien sûr, et certains Grecs.

La connaissance de ces références peut nous faciliter l’appropriation de la métapsychologie et la construction de celle qui nous conviendra le mieux.

 

Bibliographie

Assoun P.-L. (1976). Freud, la philosophie et les philosophes. Paris : PUF.

Assoun P.-L. (1981). Introduction à l’épistémologie freudienne. Paris : Payot.

Brandom R. B. (2009). La raison en philosophie. Paris : Ithaque (2021).

Colli G. (1969). Philosophie de l’expression. Paris : Éditions de l’Éclat (1988).

Gayon J. (2020). L’identité. Dictionnaire encyclopédique. Paris : Gallimard, Folio Essais.

Ricoeur P. (1986). Le Self selon la psychanalyse et selon la philosophie phénoménologique. Ecrits et conférences. Paris : Seuil (2008).

 

Date

Le jeudi 23 septembre 2021

14h15 – 18h15 (avec pause de 15’).

 

Lieu

Neuchâtel, CNP, rue de Vieux-Châtel 20, dernier étage.

 

Prix (formation continue) CHF 195.-

3. Clinique des dépendances ; alcoolisme et toxicomanie

10 unités (périodes de 45 minutes)

 

Enseignant

Alain Neuenschwander

Psychothérapeute reconnu au niveau fédéral, Psychologue spécialiste en psychothérapie FSP, Neuchâtel

 

Le cours traitera des hypothèses psychanalytiques concernant les conduites addictives. La dépendance en soi, la dépendance pathologique, les hypothèses étiologiques de cette dernière, en s’appuyant aussi sur des exemples cliniques. La dépendance a-t-elle une structure psychique particulière ? Comment la traiter ?

 

Bibliographie

Collectif (2004). Addiction et dépendance. Revue Française de Psychanalyse LXVIII.

Paris : PUF.

Bergeret J., Leblanc J. et al. (1984). Précis des toxicomanies. Paris : Masson.

Corcos M., Flament M. et Jeammet P. (2003). Les conduites de dépendances. Paris : Masson.

Descombey J.-P. (2005). L’économie addictive – l’alcoolisme et autres dépendances.

Paris : Dunod.

Fabre N. (2016). Peur de manquer, l’angoisse du manque. Paris : In Press.

Geberovich F. (2003). No satisfaction, Psychanalyse du toxicomane. Paris : Albin Michel.

Hachet P. (2007). Les toxicomanes et leurs secrets. Paris : L’Harmattan.

Le Poulichet S. (2016). Toxicomanies et psychanalyse. Les narcoses du désir. Paris : PUF.

Petit P. (2019). Être toxicomane ? Psychanalyse et toxicomanie. Toulouse : Érès.

Taïeb O. (2011). Les histoires des toxicomanes : Récits et identités dans les addictions. Le fil rouge. Paris : PUF.

 

Dates

Les jeudis 30 septembre et 14 octobre 2021

14h15 – 18h15 (avec pause de 15’).

 

Lieu

Neuchâtel, CNP, rue de Vieux-Châtel 20, dernier étage.

 

Prix (formation continue) CHF 390.-

 

 4. Approche psychanalytique de la crise

10 unités (périodes de 45 minutes)

 

Enseignant

Dr Nicolas de Coulon

Psychiatre et psychothérapeute FMH, Membre superviseur EFPP, Psychanalyste formateur SSPsa – FEP – IPA

 

L’approche « de crise » est un des modes de la psychanalyse appliquée aux soins, en particulier dans les situations traumatiques, proche de l’urgence et quand le temps est compté. Le maniement d’un cadre spécifique peut garantir une grande richesse et inventivité à ce travail souvent abandonné (à tort) aux techniques plus comportementales. Nous tenterons d’en comprendre le fonctionnement ainsi que les points de référence pour en tirer quelques principes utiles dans nos rencontres thérapeutiques.

 

Période 1 : l’approche psychanalytique de la crise : définitions et concepts de base.

Période 2 : la référence à l’événement et le maniement de la temporalité ?

Période 3 : l’hypothèse dynamique et le contenu du travail de crise.

Période 4 : quelle fin : comment terminer une intervention ?

 

Des illustrations cliniques seront fournies par les participants et l’animateur.

 

Bibliographie

de Coulon N. (2021). La Crise, stratégies d’intervention thérapeutique en psychiatrie, 2ème édition, revue et augmentée. Lausanne : Antipodes.

Despland J.-N., Michel L. et de Rothen Y. (2010). Intervention psychodynamique brève.

Paris : Elsevier Masson.

Freud S. (1914). Remémoration, répétition et perlaboration. OCF- P XII, p. 185-196. Paris : PUF (2014).

 

Dates

Les jeudis 04 et 18 novembre 2021

14h15 – 18h15 (avec pause de 15’).

 

Lieu

Neuchâtel, CNP, rue de Vieux-Châtel 20, dernier étage.

 

Cours réservé à la formation postgrade.

 

 5. La crise de la COVID : conséquences psychologiques sur les enfants et les adolescents

10 unités (périodes de 45 minutes)

 

Enseignant

Dr Hugues Paris

Psychiatre et psychothérapeute d’enfants et d’adolescents FMH, Psychiatre et psychothérapeute FMH, Psychanalyste FEDEPSY, Neuchâtel

 

La pandémie que nous subissons actuellement n’a pas que des répercussions sanitaires, elle touche profondément l’équilibre psychologique de nos patients.

Une nouvelle clinique de la souffrance émerge brutalement : les services de pédopsychiatrie et les unités d’hospitalisation pour adolescents voient les demandes de soins augmenter de plus de 50 %. Les crèches alertent sur les retards de langage et les troubles du développement… Au-delà de la brutalité, allons-nous voir émerger une nouvelle clinique post-covid ? Et quelles en seront les adaptations thérapeutiques nécessaires?

 

Et au-delà, quel sens donner à cette crise de mondialisation, de la vitesse et de la croissance à tout prix ? Comment le sujet postmoderne va-t-il être transformé en un sujet « post-covid » ? Et au final, comment prenons-nous conscience de l’importance de l’Autre, dans sa dimension de rencontre et de désir, comme indispensable à notre humanité ?

Autant de questions que la psychanalyse, particulièrement dans sa dimension existentielle, nous aide à interroger.

 

Nous nous appuierons sur des cas cliniques et de récents articles de chercheurs sur le sujet. Ceux-ci seront communiqué lors de la journée pour être au plus près de l’actualité.

 

Bibliographie

Dupont S. (2010). Seul parmi les autres : Toulouse : Érès.

Winnicott D. W. (1972). L’enfant et le monde extérieur. Paris : Payot.

 

Dates

Les jeudis 11 novembre et 02 décembre 2021

14h15 – 18h15 (avec pause de 15’).

 

Lieu

Neuchâtel, CNP, rue de Vieux-Châtel 20, dernier étage.

 

Prix (formation continue) CHF 390.-

6. Dispositifs d’écoute psychanalytique et rencontre thérapeutique

10 unités (périodes de 45 minutes)

 

Enseignants

Mme Catherine Krähenbühl

Psychothérapeute reconnue au niveau fédéral, Psychologue spécialiste en psychothérapie FSP,

Psychothérapeute EFPP, Psychanalyste en formation SSPsa, La Sarraz

 

Jean Pierre Waber

Psychothérapeute reconnu au niveau fédéral, Psychologue spécialiste en psychothérapie FSP, Psychothérapeute EFPP, Psychanalyste SPPsa, Lausanne

 

L’écoute de nos patients/es en thérapie nous amène à entendre, à travers les mots, à travers les symptômes, et leurs associations une histoire que nous partageons avec eux/elles à ce moment de leur trajectoire de vie. Nous faisons le pari que la rencontre avec un/e autre qui a fait l’expérience de l’analyse et de ses possibles transformations permet au patient/à la patiente de s’approprier son histoire, ses racines et le sens qui colore ses actes et ses pensées.

Nous basant sur des concepts métapsychologiques qui accompagnent toute thérapie et à travers des textes de René Roussillon, nous allons questionner ce qui se joue entre

patient/e et thérapeute.

 

Bibliographie

Ferenczi S. (1927-1932). Élasticité de la technique psychanalytique. Psychanalyse IV. Œuvres complètes. Paris : Payot (1982).

Freud S. (1916-1920). Les voies de la thérapie psychanalytique. OCF-P XV. Paris : PUF (2002).

Guignard F. (2015). Quelle psychanalyse pour le XXIe siècle ? Tome I : Concepts psychanalytiques en mouvement. Paris : Ithaque.

Roussillon R. (2012). Manuel de pratique clinique. Paris : Elsevier Masson.

 

Dates

Les samedis 15 et 29 janvier 2022

09h15 – 12h00 (avec pause de 15’) et 13h30 – 14h45.

 

Lieu

Neuchâtel, CNP, rue de Vieux-Châtel 20, dernier étage.

 

Cours réservé à la formation postgrade

 

 7. Malaise dans la civilisation

10 unités (périodes de 45 minutes)

 

Enseignante

Mme Myriam Vaucher

Psychothérapeute reconnue au niveau fédéral, Psychologue spécialiste en psychothérapie FSP,

Psychanalyste SSPsa, Psychothérapeute EFPP, Vevey

 

Malaise dans la civilisation contemporaine ? Simple crise ? Mutation ? Effondrement ? Qu’en est-il aujourd’hui de l’humain ? de l’homme civilisé ? Le mythe du Progrès ne convainc plus grand monde ; l’organisation patriarcale de la société est fortement questionnée ; l’homme qui avait vocation de dominer la nature se découvre terrestre et solidaire de ce dont il dépend pour vivre.

 

Quelle est l’incidence sur la position du psychanalyste/psychothérapeute des transformations qui s’opèrent dans le monde actuel, mais aussi et surtout de la façon de les penser et d’en être affectés ? Quelle est la pertinence de la psychanalyse dans le travail de refondation de l’humain actuellement nécessaire? Comment la psychanalyse est-elle elle-même invitée à se repenser, à questionner certains de ses a priori, pour être à même d’entendre le désir et ses aléas ?

 

Nous verrons comment ces questions se posent dans notre clinique ; et une confrontation de « malaise dans la civilisation » avec la pensée d’auteurs contemporains, psychanalystes, sociologues ou philosophes nous permettra de nous interroger sur ces questions fondamentales. (Malaise suit Dostoïevski et le parricide).

 

Bibliographie

Debray R. (2020). Le siècle vert, Changement de civilisation. Paris : Tracts Gallimard.

Freud S. (1928). Dostoïevski et le parricide. Résultats, idées, problèmes II. Paris : PUF (1985).

Freud S. (1929). Malaise dans la civilisation. Paris : PUF (1979).

Lacovos C. (2010). Civilisation dans la psychanalyse ? Recherches en psychanalyse, n° 9,                p. 89-95. https://doi.org/10.3917/rep.009.0089.

(www.cairn.info/revue-recherches-en-psychanalyse1-2010-1-page-89.htm).

Latour B. (2021). Où suis-je ? Collection Les empêcheurs de penser en rond. Paris : La Découverte.

Rosa H. (2020). Rendre le monde indisponible. Paris : La Découverte.

Schwab E. (2020). Esprit, es-tu là ? Enquête psychanalytique et historique sur les lumières. Paris : L’Harmattan.

Stoloff J.-C. (2018). Psychanalyse et civilisation contemporaine – Quel avenir pour la psychanalyse ? Paris : PUF.

 

Dates

Les samedis 12 et 26 mars 2022

09h15 – 12h00 (avec pause de 15’) et 13h30 – 14h45.

 

Lieu

Neuchâtel, CNP, rue de Vieux-Châtel 20, dernier étage.

 

Cours réservé à la formation postgrade.

 

8. Travail autour de la série « En thérapie »

10 unités (périodes de 45 minutes)

 

Enseignant

Dr Thierry Vincent

Psychiatre et psychothérapeute FMH, Psychanalyste FEDEPSY, Grenoble

 

Nous travaillerons cette année à partir d’un certain nombre d’extraits de la série « En thérapie » diffusée sur Arte en 2021, une série qui a suscité dans le monde francophone un engouement surprenant. Bien qu’il s’agisse avant tout de théâtre filmé, cette série centrée sur des séances de thérapie d’inspiration psychanalytique vont nous permettre d’étudier et de repérer ce que l’on pourrait appeler « la position de l’analyste dans la cure ».

La série a en effet le mérite de mettre en scène (et en spectacle) un thérapeute dans son action quotidienne et surtout face au transfert et à ses effets. Reprendre certains propos, certaines interprétations, les évaluer, les critiquer, les discuter : voilà ce que sera l’essentiel de notre tâche de cette année. En dehors des séances de supervision et de quelques « présentations de malade », nous n’avons que rarement l’occasion de travailler sur des séances menées par un tiers (les psychanalystes, quand ils les rapportent de façon forcément incomplète, sont souvent assez complaisants avec eux-mêmes !), ce sera donc l’occasion de confronter nos points de vue, face à des situations difficiles telles qu’elles peuvent se présenter de façon plus ou moins fréquentes dans les cures, et qui mettent parfois la relation transférentielle à dure épreuve.

 

PS : La série « En thérapie » est une adaptation de la série israélienne « Be Tipul » qui a également connu une adaptation américaine « In Therapy ».

 

Bibliographie

Freud S., Breuer J. (1895). Études sur l’hystérie. Paris : PUF (2002).

Freud S. (1904-1919). La technique psychanalytique. Collection Quadrige. Paris : PUF (2013).

Freymann J.-R. (2013). L’art de la clinique. Paris : Arcanes Érès.

Israël L. (2006). Le médecin face au désir. Paris : Arcanes Érès.

Lacan J. (1960-1961). Le transfert (séminaire VIII). Paris : Seuil. (2001).

Lacan J. (1958-1959). Le désir et son interprétation (séminaire VI). Paris : Éditions de la Martinière. (2013).

 

Dates

Les samedis 19 mars et 02 avril 2022

09h15 – 12h00 (avec pause de 15’) et 13h30 – 14h45

 

Lieu

Neuchâtel, CNP, rue de Vieux-Châtel 20, dernier étage.

 

Prix (formation continue) CHF 390.-

 

 9. Squiggle game

10 unités (périodes de 45 minutes)

 

Enseignant

Dr Emmanuel Schwab

Psychothérapeute reconnu au niveau fédéral, Dr en psychologie, Bienne

 

La clinique de l‘enfant et de l‘adolescent est marquée par la difficulté à proposer des interprétations recevables et utiles à ces derniers. À partir de sa longue expérience clinique, Winnicott a développé une technique bien spécifique qui permet de stimuler la production de matériel chargé de connexions inconscientes, et de chercher activement l‘accordage à ces productions. A partir de la technique du squiggle game, nous dégagerons les principes de l’entrée en contact et de la régulation de l‘interprétation utilisable de façon plus large dans le travail psychanalytique avec l‘enfant et l‘adolescent.

Les participants qui pratiquent déjà le squiggle game seront invités, s’ils le souhaitent, à présenter du matériel clinique.

 

Bibliographie

Winnicott D. W. (1971). Jeu et réalité. L’espace potentiel. Paris : Gallimard (1975).

Winnicott D. W. (1972). La consultation thérapeutique et l’enfant. Paris : Gallimard (1979).

Winnicott D. W. (1958). De la pédiatrie à la psychanalyse. Paris : Payot (1989).

Winnicott D. W. et al. Le jeu du Squiggle. Journal de la psychanalyse de l’enfant,

T.5, 2, p. 29-36. Cairn.info (2015).

Lenormand M. (2014). L’espace du jeu et la psychanalyse. Psychoanalytische Perspectieven, Department for Psychoanalysis of Ghent University, T.32, 1.

 

Dates

Les jeudis 05 et 19 mai 2022

14h15 – 18h15 (avec de pause 15’).

 

Lieu

Neuchâtel, CNP, rue de Vieux-Châtel 20, dernier étage.

 

Cours réservé à la formation postgrade.

 

10. Travail d’emprise et relations d’emprise

10 unités (périodes de 45 minutes)

 

Enseignant

Prof. Alain Ferrant

Psychologue, Psychothérapeute, Psychanalyste, Membre titulaire de la SPP (IPA), Lyon

 

La notion d’emprise est complexe et ne se réduit pas à une relation tyrannique à laquelle les médias et de nombreux psychistes l’assimilent sinon la caricaturent. Introduite dès 1905 par Freud, elle est évoquée à chaque carrefour réorganisateur de l’œuvre. L’emprise relève en effet de quatre dimensions : ajustement et cadrage de l’expérience de satisfaction (1905) ; maîtrise de soi et du monde (1914) ; domptage des excitations débordantes (1920) ; basculement du côté de la pulsion de mort (1924). Ces dimensions ne sont pas exclusives les unes des autres. Elles permettent de construire la distinction essentielle du point de vue psychopathologique, entre le travail d’emprise nécessaire au développement psychique via l’appareil d’emprise, et les relations d’emprise qui sont les conséquences de l’échec du travail d’emprise primaire.

 

Bibliographie

Denis P. (1997). Emprise et satisfaction. Paris : PUF.

Dorey R. (1981). La relation d’emprise. Nouvelle Revue de Psychanalyse n° 24.

Ferrant A. (2008). Le travail de l’emprise : accords et désaccords. Revue de psychothérapie psychanalytique de groupe 2008/2 (n° 51).

Ferrant A. (2011). Emprise et lien tyrannique. Connexions 2011/1 (n° 95).

Ferrant A. (2021). Libertés et servitudes : processus psychanalytique et création littéraire. Revue française de psychanalyse 2021/1 (vol. 85).

Freud S. (1905). Trois essais sur la théorie sexuelle. OCF-P VI. Paris : PUF (2006).

Freud S. (1915). Leçons d’introduction à la psychanalyse. OCF-P XIV. Paris : PUF (2000).

Freud S. (1920). Au-delà du principe de plaisir. OCF-P XV. Paris : PUF (1996).

Freud S. (1923). Le moi et le ça. OCF-P XVI. Paris : PUF (1991).

Hirigoyen M.-F. (1998). Le harcèlement moral: la violence perverse au quotidien.

Paris : La Découverte.

Hirigoyen M.-F. (2005). Femmes sous emprise. Paris : Pocket.

Kouchner C. (2021). La familia grande. Paris : Seuil.

Springora V. (2020). Le consentement. Paris : Grasset.

 

Dates

Les samedis 07 et 21 mai 2022

09h15 – 12h00 (avec pause de 15’) et 13h30 – 14h45.

 

Lieu

Neuchâtel, CNP, rue de Vieux-Châtel 20, dernier étage.

 

Prix (formation continue) CHF 390.-

 

11. Les troubles des comportements alimentaires

10 unités (périodes de 45 minutes)

 

Enseignant

Alain Neuenschwander

Psychothérapeute reconnu au niveau fédéral, Psychologue spécialiste en psychothérapie FSP,

Neuchâtel

 

Nous parlerons de quelques représentations psychanalytiques des troubles alimentaires. Ces troubles sont-ils psychonévrotiques, ou témoignent-ils de pathologies plus archaïques ? Y a-t-il une pathologie de la dépendance ? Comment soigner ces troubles ? Qu’en est-il de l’étiologie de ces troubles ?

A travers ces représentations, nous élaborerons, partagerons, tenterons de nous repérer dans la clinique par la présentation de cas.

 

Bibliographie

Kestemberg E., Kestemberg J. et Decobert S. (1972). La faim et le corps : une étude psychanalytique de l’anorexie mentale. Le fil rouge. Paris : PUF.

Corcos M. (2010). Le corps absent – Approche psychosomatique des troubles des conduites alimentaires. Paris : Dunod.

Corcos M. (2011). Le corps insoumis : psychopathologie des troubles des conduites alimentaires. Paris : Dunod.

Jeammet P. (2013). Anorexie/boulimie : Les paradoxes de l’adolescence. Paris : Fayard.

Brusset B. (1997). La Boulimie. Revue Française de Psychanalyse. Paris : PUF.

Cascales T. (2015). Les troubles alimentaires du bébé, Approche psychanalytique et développementale. Toulouse : Érès.

Pedinielli J.-L., Ferran A., Grimaldi M.-A. et Salomone C. (2012). Les troubles des conduites alimentaires, Anorexie, boulimie, obésité. Paris : Armand Colin.

Bréchon G., Emmanuelli M. (2016). Les troubles des conduites alimentaires chez l’enfant et l’adolescent. Toulouse : Érès.

 

Dates

Les jeudis 02 et 16 juin 2022

14h15 – 18h15 (avec pause de 15’).

 

Lieu

Neuchâtel, CNP, rue de Vieux-Châtel 20, dernier étage.

 

Prix (formation continue) CHF 390.-

 

 

Cours deuxième cycle (cours 12 -21)

12. D’une sexualité l’autre

10 unités (périodes de 45 minutes)

 

Enseignant

Dr Juan Pablo Lucchelli

Psychiatre, psychanalyste et Dr en philosophie, membre de l’Ecole de la Cause freudienne et de l’Association Mondiale de Psychanalyse, Bellelay et Genève

 

 

Après plus de cent ans de luttes féministes, mais aussi plus de cent ans de psychanalyse, pourquoi le rapport entre les sexes ou plutôt, le rapport de l’être au sexuel est-il toujours déséquilibré ? Guerre des sexes, émancipation des femmes, contestation de l’hégémonie hétérosexuelle, mariage gay, LGBT+ : l’éclatement du sexuel semble illimité, en même temps que de nouvelles transformations identificatoires cherchent à s’imposer, ce qui confirme à quel point toute forme de sexualité implique peu ou prou une norme. Dans ce cours, il sera question de revenir aux paradigmes freudiens de la sexualité, paradigmes qui supposent que personne ne naît avec un genre déterminé et que celui-ci se construit à partir de rencontres contingentes. Mais des questions resteraient insoluble : l’orientation sexuelle est-elle le fruit d’un conditionnement social ? Le biologique n’est-il en rien un déterminant du choix sexuel ? Une lecture croisée entre psychanalyse, biologie et environnement culturel s’impose afin de faire sortir la sexualité de tout obscurantisme.

 

Bibliographie

Baron-Cohen S. (2003). The essential difference. New York : Basic Books.

Freud S. (1907-1931). La vie sexuelle. Paris : PUF (1997).

Freud S. (1915, 1920, 1921, 1923). Essais de psychanalyse. Paris : Payot (2001).

Lacan J. (1966). La signification du phallus. Ecrits. Paris : Seuil.

Lacan J. (1973). Encore (séminaire XX). Paris : Seuil.

Lucchelli J. P. (2011). Le malentendu des sexes. Rennes : PUR.

Milner J.-C., Zizek S. et Lucchelli J. P. (2018). Sexualités en travaux. Paris : Éditions Michèle.

 

Dates

Les jeudis 02 et 16 septembre 2021

14h15 – 18h15 (avec pause de 15’).

 

Lieu

Neuchâtel, CNP, rue de Vieux-Châtel 20, dernier étage.

 

Cours réservé à la formation postgrade.

 

13. Entre transfert et contre-transfert : travail à partir de la série « En thérapie »

10 unités (périodes de 45 minutes)

 

Enseignants

Mme Myriam Vaucher

Psychothérapeute reconnue au niveau fédéral, Psychologue spécialiste en psychothérapie FSP,

Psychanalyste SSPsa, Psychothérapeute EFPP, Vevey

 

Dr Stylianos Charalampakis

Psychiatre et psychothérapeute FMH, Psychothérapeute EFPP, ARPAG, Lausanne

 

Ce cours croisera les conceptions freudiennes et lacaniennes des transfert et contre-transfert, en regard de ce qui est mis en scène dans la série « En thérapie », d’Éric Toledano et Olivier Nakache.

Nous nous intéresserons en particulier :

  • à la façon dont opèrent transfert et contre-transfert dans le cycle d’Adel, le policier (épisodes 2, 7, 12, 17, 22, 27, 30, 31),
  • à l’implication sur le contre-transfert de ce qui se déroule dans l’espace de supervision (épisodes 5, 10, 15, 20, 25, 32, 35),
  • à la fonction de la théorie comme condition et possible entrave à l’écoute de ce qui se joue.

Le visionnement préalable de la série est requis avant la participation au cours.

 

Bibliographie

Freud S. (1914). Remémoration, répétition et perlaboration, et Sur la dynamique du transfert et Remarques sur l’amour de transfert. La Technique Psychanalytique. Paris : PUF (1953).

Freud S. (1915). Vue d’ensemble des névroses de transfert. Paris : Gallimard Folio (1986) ou Métapsychologie. OCF XIII. Paris : PUF (1988).

Gantheret F. (2018). Transfert. « Pensée rêvante ». Topique de l’instant. Paris : Gallimard.

Godfrind J. (1993). Les deux courants du transfert. Paris : PUF.

Godfrind J. (2019) Psychanalyse, au-delà de la parole… le corps. Toulouse : Érès.

Guillen F. (2010). La chair du transfert. Psychanalyse n° 17, p. 5-15. https://doi.org/10.3917/psy.017.0005 (www.cairn.info/revue-psychanalyse-2010-1-page-5.htm).

Lacan J. (1960-1961). Le transfert (séminaire VIII). Paris : Seuil « Le champ freudien » p. 12 (1991).

 

Dates

Les samedis 06 et 20 novembre 2021

09h15 – 12h00 (avec pause de 15’) et 13h30 – 14h45.

 

Lieu

Neuchâtel, CNP, rue de Vieux-Châtel 20, dernier étage.

 

Cours réservé à la formation postgrade.

 

14. La vérité dans le transfert

10 unités (périodes de 45 minutes)

 

Enseignant

Dr Michel Lévy

Psychiatre, Psychanalyste, ancien Directeur FEDEPSY, Strasbourg

 

  1. L’amour de la vérité

La vérité s’éprouve comme indicible et pourtant elle fait beaucoup parler !

Dans l’étrange lien transférentiel, quelqu’un s’adresse à un autre en lui prêtant un savoir. Ainsi l’analysant espère tandis que l’analyste parie. Quel sera le résultat ? Un peu plus de lumière sur les entraves à l’action, sur les limites de la parole et le poids du passé mnésique. Nous étudierons les ponts entre vérité et guérison des erreurs de jugement.

 

Bibliographie

Israël L. (2005). L’homme malade de la parole. Le médecin face au désir. Paris : Arcanes Érès.

Freud S. (1901). Analyse finie et infinie. Résultats, Idées, Problèmes. Paris : PUF (1985).

Freud S. (1937). Psychopathologie de la vie quotidienne. Paris : PBP (2001).

Lacan J. (1970). L’envers de la psychanalyse, « Analyse et vérité ». Quatre concepts fondamentaux de la psychanalyse. Paris : Seuil (1991).

 

  1. Moi la vérité, je parle

Les formations de l’inconscient expriment l’embarras de la réalité psychique. Entre la domination du principe de plaisir, l’inadéquation du signifiant à la chose, les rêves et les fantasmes, un clivage de la vérité se dessine par le refoulement. La réalité psychique qui donne une impression de stabilité ne résiste que très mal face au réel. Et ce réel, que l’analyste prend aussi en charge lorsqu’un traumatisme a surgi, ne ment jamais.

 

Bibliographie

Freud S. (1937). Clivage du moi dans les processus de défense. Résultats, Idées, Problèmes. Paris : PUF (1985).

Freud S. (1900). Injection faite à Irma. Interprétation des rêves. Paris : PUF.

Lacan J. (1966). La chose freudienne. Écrits. Paris : Seuil.

Lacan J. (1971). D’un discours qui ne serait pas du semblant. Paris : Seuil.

 

Dates

Les samedis 13 novembre et 11 décembre 2021

09h15 – 12h00 (avec pause de 15’) et 13h30 – 14h45.

 

Lieu

Neuchâtel, CNP, rue de Vieux-Châtel 20, dernier étage.

 

Prix (formation continue) CHF 390.-

 

15. Le négatif du transfert

10 unités (périodes de 45 minutes)

 

Enseignant

Dr Nicolas de Coulon

Psychiatre et psychothérapeute FMH, Membre superviseur EFPP, Psychanalyste formateur SSPsa – FEP – IPA

 

La notion de travail du négatif peut-elle s’appliquer au transfert ? Au-delà des formes reconnues du transfert négatif et de la réaction thérapeutique négative, l’auteur propose de suivre la transposition inconsciente sur le psychanalyste dans les aléas du creux, du blanc, du contraire, de la destruction, dans toutes les formes de la négativité. Ceci introduit aux possibilités de sortie d’une conception trop « positive » du transfert pour en aborder différents aspects chez les états-limites.

 

Période 1 : le travail du négatif en psychanalyse : définitions et concepts de base

Période 2 : Freud et la réaction thérapeutique négative

Période 3 : le négatif du transfert

Période 4 : le négatif dans la thérapie psychanalytique des états-limites

 

Des illustrations cliniques seront fournies par les participants et l’animateur.

 

Bibliographie

de Coulon N. (2018). Le négatif du transfert. Revue française de psychosomatique, n° 53,        p. 81-100.

de Coulon N. (2016). La négativité du transfert. Des psychanalystes en séance, glossaire clinique de psychanalyse contemporaine. Paris : Gallimard, Folio Essais.

Freud S. (1925). La négation (die Verneinung). OCF-P XVII. Paris : PUF (2006).

Green A. (1993). Le travail du négatif. Paris : Les Éditions de Minuit.

Dates

Les jeudis 25 novembre et 09 décembre 2021

14h15 – 18h15 (avec pause de 15’).

 

Lieu

Neuchâtel, CNP, rue de Vieux-Châtel 20, dernier étage.

 

Prix (formation continue) CHF 390.-

 

 

16. La psychanalyse par le psychodrame

10 unités (périodes de 45 minutes)

 

Enseignant

Dr Olivier Bonard

Psychiatre-psychothérapeute FMH, Psychanalyste formateur SSPsa, Lausanne

 

Le but du séminaire est de repérer les phénomènes déclenchés par la psychothérapie analytique à travers des mises en situation psychodramatique.

Le séminaire s’adresse aux praticiens de la psychothérapie, débutants ou expérimentés, et s’appuiera sur des situations cliniques qu’ils présenteront.

Il s’agira moins de jeux de rôle que d’expériences identificatoires modulées par les participants modérés par le psychanalyste. Nous ferons des hypothèses sur le fonctionnement psychique des patients tels qu’il est sollicité par le transfert qu’ils font sur le thérapeute. Il est probable qu’au cours du psychodrame, le contre-transfert apparaisse au thérapeute, mais cette découverte ne sera pas dévoilée.

La vie psychique à travers la psychanalyse sera abordée de façon originale puisque mise en scène de façon dramatique. On découvrira combien se combinent dans cette pratique une culture originale spécifique à la psychanalyse ainsi qu’une culture générale, propre à la civilisation européenne ou peut-être humaine.

La formation comprendra deux rencontres de cinq unités (périodes de 45’). Nous découvrirons successivement comment le psychodrame aborde les processus inconscients à travers les façons qu’a la conscience d’appréhender et de mettre en scène : le temps, les contraires, l’espace, le corps, le symbole, Soi et l’Autre.

 

Bibliographie

Dupeu J.-M. (2005). L’intérêt du psychodrame psychanalytique. Paris : PUF.

Collectif (2014). Fenêtres sur le psychodrame psychanalytique. Le Coq-Héron 217.

Toulouse : Érès.

Amar N., Baayle G. et Salem I. (1988). Formation au psychodrame analytique. Paris : Dunod.

Delaroche P. (2011). Jouer pour de vrai : du psychodrame individuel à la psychanalyse.

Toulouse : Érès.

Collectif Salem I. (2013). Vues nouvelles sur le psychodrame psychanalytique. Paris : Broché.

Calevoi N., Darge E. (2008). Le psychodrame psychanalytique méta-thérapeutique.

Bruxelles : De Boeck.

 

Dates

Les jeudis 13 janvier et 10 février 2022

14h15 – 18h15 (avec pause de 15’).

 

Lieu

Neuchâtel, CNP, rue de Vieux-Châtel 20, dernier étage.

 

Cours réservé à la formation postgrade.


17. La question de la psychanalyse appliquée

10 unités (périodes de 45 minutes)

 

Enseignant

Dr John Lippens

Psychiatre et psychothérapeute FMH, Membre superviseur EFPP, Lausanne

 

« L’artiste et l’œuvre, comme le rêve, ouvrent à la douleur les portes de la visibilité et par là de la sédation; de même le commentaire littéraire ou esthétique, sans lequel l’œuvre n’a pas d’achèvement. Et ce, non en découvrant sa raison, mais en lui ôtant de sa force. »        

                                                         Jean-Claude Rolland, Quatre essais sur la vie de l’âme.

 

Freud, déjà, convoquait la littérature, les mythes et la culture, que ce soit pour consolider ses hypothèses théoriques ou décoder des rêves touffus, considérant alors les éléments de culture comme « une seconde méthode, auxiliaire, d’interprétation ». Il ne se priva pas non plus du mouvement inverse, qui consiste à utiliser les outils psychanalytiques pour mieux saisir une œuvre. Cette deuxième option est généralement qualifiée de psychanalyse appliquée, exercice qui fait partie d’un axe théorique dit herméneutique, cherchant à dégager le(s) sens d’œuvres inépuisables de significations.

 

Mais qu’analyse-t-on quand on s’aventure ainsi extra-muros ? L’histoire psychique du créateur, alors qu’il n’est pas là pour nous en dire plus ? Non, c’est l’œuvre qui nous parle, scène d’un drame, éventuellement traduisible en termes de métapsychologie. C’est elle que l’on va pétrir, nous donnant accès à des mondes hétérogènes, dans une expérience de jeu sérieux qui nous transforme. C’est elle, codage d’une pensée enfouie, qui nous mettra en lien avec des expériences humaines fondamentales comme l’absence, la peur, le désir, la mort.

 

Le rapport des psychanalystes à la culture est varié, certains l’utilisant comme illustration de leurs thèses, comme Green (matricide, patricide), David (bisexualité psychique), Wajcman (narcissisme), Lacan (objet a), ou Anzieu (Moi-peau).

D’autres (ou les mêmes) ont forgé des concepts à partir d’œuvres ou d’actes créateurs : le complexe d’Œdipe (Freud), l’objet esthétique (Meltzer), l’oscillation métaphoro-métonymique (Rosolato), le scanning (Ehrenzweig), l’ego alter (Gagnebin), le corps de l’œuvre (Anzieu), les schèmes d’enveloppe et de transformation (Tisseron), l’associativité formelle (Brun)…

Il y en a aussi qui rencontrent les artistes (Fischer et Abramovic)…

Et il y a même des artistes qui forgent des néo concepts psy pour expliquer leur démarche (paranoïa critique de Dali) etc.

 

Nous allons nous plonger dans ce foisonnement et nous interroger sur la nécessité d’une lecture psychanalytique des œuvres d’art. Cela amène-t-il quelque chose ? Ne vaut-il pas mieux laisser le choc de l’image faire son travail directement sur les artères du cœur, comme le disait la photographe Diana Michener ?

 

Qu est-ce l’occasion d’une pratique humble, qui renverserait l’acception commune de la psychanalyse appliquée, en mettant l’accent sur l’impact mutatif des œuvres sur les psychanalystes ? C’est à ce parcours que je vous convie, dans l’espoir de la reconversion d’un geste agressif et colonisateur en psychanalyse enrichie : ce n’est plus la psychanalyse qui envahit un domaine, c’est la culture qui la pénètre pour la rendre plus fertile. Un mouvement plus féminin, de fécondation par l’œuvre…

 

Bibliographies (non exhaustive…)

Assoun P.-L. (2009). L’œuvre en effet. La posture freudienne envers l’art ». Cliniques méditerranéennes n° 80, p. 27 à 39. Toulouse : Érès.

Kroff-Sausse S. (2004). Quelques réflexions psychanalytiques sur le body art. Champ psychosomatique n° 36, p. 171 à 183. Paris : L’Esprit du temps.

Coblence F., Dechaud-Ferbus M. (2003) Argument. Revue française de psychanalyse no 67, p. 405-407. DOI 10.3917/rfp.672.0405 (sur l’esthétique et la psychanalyse).

Coutinho Jorge M. A. (2015). Témoignages de l’inconscient. Insistance n° 9, p. 151 à 162. Toulouse : Érès.

Anati E. (2006). Structure de l’art et structure de l’esprit. Diogène n° 214, p. 95 à 115.

Paris : PUF.

Lacan J. (1973). Les quatre concepts de la psychanalyse (séminaire XI). Paris : Seuil.

Fischer J. (2018). Psychoanalyst meets Marina Abramovic. Zurich : Scheidegger & Spiess.

Nasio J.-D. (2014). Art et psychanalyse. Paris : Payot & Rivages.

des Cars L. (2013). Le petit dictionnaire Vallotton en 21 obsessions. Réunion des musées nationaux. Paris : Gallimard.

Le Poulichet S. (1996). L’art du danger : de la détresse à la création. Paris : Anthropos.

Chouvier B., Brun A. (2011). Les enjeux psychopathologiques de l’acte créateur.

Bruxelles : de Boeck.

Brun A. (2018). Aux origines du processus créateur. Toulouse : Érès.

Anzieu D. (1981). Le corps de l’œuvre. Paris : Gallimard.

Mc Dougall J. et al. (2008). L’artiste et le psychanalyste. Paris : PUF.

Cauquelin A. (2018). Les théories de l’art. Paris : PUF, Que sais-je ?

Desprats-Pequignot C., Masson C. (2008). Métamorphoses contemporaines : enjeux psychiques de la création. Paris : L’Harmattan.

Gagnebin M. (1994). Pour une esthétique psychanalytique. Paris : PUF.

Masson C. (2000). La fabrique de la poupée chez Hans Bellmer. Paris : L’Harmattan.

Ehrenzweig A. (1971). L’ordre caché de l’art. Paris : Gallimard.

 

Dates

Les samedis 05 mars et 09 avril 2022

09h15 – 12h00 (avec pause de 15’) et 13h30 – 14h45.

 

Lieu

Neuchâtel, CNP, rue de Vieux-Châtel 20, dernier étage.

 

Prix (formation continue) CHF 390.-

 

18. Le Père dans la psychanalyse : nom, fonction et forme

10 unités (périodes de 45 minutes)

 

Enseignant

Dr Hugues Paris

Psychiatre et psychothérapeute d’enfants et d’adolescents FMH, Psychiatre et psychothérapeute FMH, Psychanalyste FEDEPSY, Neuchâtel

 

La postmodernité vient nous interroger avec brutalité sur ce qui a semblé des siècles durant un élément constitutif de notre humanité, le père. Le père dont l’incarnation suprême est, ou fut, Dieu. Le slogan, « deux mères valent mieux qu’un père », les progrès de la science et des mœurs, avec la PMA et le mariage pour tous, ont-ils définitivement effacé le père ? Mais de quel père parlons-nous ? Et qu’est-ce qu’un Père pour la psychanalyse ?

Posons d’emblée qu’il y a des pères : géniteur, en fonction, carrent ou présent, symbolique ou bien réel, imaginaire s’il en est, ce « père, ce héro au regard si doux ».

Que d’autre part la psychanalyse nous enseigne que le père est aussi une fonction ; fonction qui, nous le verrons, dépasse la personne du père, voire même son genre. Si Winnicott a introduit le concept de « mère suffisamment bonne », good enought mother, qu’en est-il d’un père « suffisamment bon » ? En quoi participe-t-il à la formation de la psyché de l’enfant dans ce procès œdipien qui n’a peut-être pas totalement perdu de son actualité ?

Le père dépasse la question du biologique pour nous introduire dans la nomination, et par là même dans le langage et la filiation. N’est-ce pas par hasard que la réplique de Dark Vador, « Luke, je suis ton père » fait basculer le héros et tout un récit, celui de la saga filmique de La Guerre des Etoiles, dans un conte initiatique universel ?

Autant de questions que nous déploierons en nous appuyant sur les textes fondateurs de la psychanalyse, mais aussi sur des illustrations cinématographiques ou romanesques.

 

Bibliographie

Bruno P. (2012). Le père et ses noms. Toulouse : Érès, psychanalyse-poche.

Delumeau J. (1990). Histoire des Pères et de la Paternité. Paris : Larousse.

Freud S. (1939). L’Homme Moïse et la religion monothéiste. Paris : Gallimard (1986).

Hurstel F. (1996). La Déchirure paternelle. Paris : PUF.

Korff-Sausse S. (2009). Eloge des pères. Paris : Hachette.

Lacan J. (1966). Les psychoses (séminaire III). Paris : Seuil (1981).

Legendre P. (1989). Le crime du caporal Lortie. Paris : Fayard.

Paris H., Stoecklin H. (2012). Star Wars au risque de la psychanalyse. Paris : Érès.

Ruffo M. (2009). Chacun cherche un père. Paris : Anne Carrière.

Winnicott D. W. (1989). La crainte de l’effondrement et autres situations cliniques.

Paris : Gallimard (2000).

 

Dates

Les jeudis 10 et 24 mars 2022

14h15 – 18h15 (avec pause de 15’).

 

Lieu

Neuchâtel, CNP, rue de Vieux-Châtel 20, dernier étage.

 

Prix (formation continue) CHF 390.-

 

19. La cure psychanalytique de l’enfant (en tant que psychanalyse classique transposée)

10 unités (périodes de 45 minutes)

 

Enseignant

Dr Jean-Michel Porret

Psychanalyste, membre titulaire du CIPA (Paris), Psychiatre et psychothérapeute d’enfants et d’adolescents FMH, Cugy.

Dès 1920 environ, soit une dizaine d’années après le travail de S. Freud retraçant « l’Analyse de la phobie d’un garçon de cinq ans » (1909), l’application de la psychanalyse aux enfants donna lieu à deux controverses. L’une d’elles émergea entre les conceptions de Mélanie Klein et celles d’Anna Freud concernant la manière de conduire la cure avec l’enfant. L’autre controverse opposa les analystes d’enfants aux analystes d’adultes qui contestèrent, pour diverses raisons, la possibilité d’accomplir un véritable travail analytique avec l’enfant. La théorie et la pratique actuelles de la cure analytique avec ce dernier dépendent des réponses qui sont apportées à cette double controverse.

Dans cette perspective, seront étudiés :

  • Les aménagements du cadre et de la technique analytiques classiques qui s’avèrent nécessaires pour qu’un authentique travail analytique puisse se produire dans la cure de l’enfant; ce sont eux qui permettent d’attribuer à celle-ci la dénomination de « psychanalyse classique transposée ».
  • La cure des enfants névrosés et son déroulement principalement en fonction des paramètres que sont le type de jeu, le mode d’organisation du transfert et l’ensemble des interventions utilisées par l’analyste.
  • La cure des enfants qui présentent des organisations non névrotiques et non franchement psychotiques et qui ne doivent pas être traités selon le même modèle que les enfants névrosés; l’insistance sera donc mise sur les différences et les particularités qui touchent dans ce cas les trois paramètres susmentionnés.

Bibliographie

Freud S. (1935). Cinq psychanalyses. Paris : PUF (2004).

Diatkine R. (1994). L’enfant dans l’adulte ou l’éternelle capacité de rêverie (en priorité les chapitres IX et XVI). Neuchâtel (CH). Paris: Delachaux et Niestlé.

Freud A. (1946). Le traitement psychanalytique des enfants. Paris : PUF (2002).

Klein M. (1927). Colloque sur l’analyse des enfants. Essais de psychanalyse p. 178-210.

Paris : Payot (2005).

Klein M. (1932). La psychanalyse des enfants (en priorité les chapitres I et II).

Collection Quadrige. Paris : PUF (2013).

Porret J.-M. (2015). La cure psychanalytique de l’enfant. Paris : L’Harmattan.

Winnicott D. W. (1971). Jeu et réalité (surtout les chapitres I, III, V et VI), Paris : Gallimard.

Dates

Les jeudis 17 et 31 mars 2022

14h15 – 18h15 (avec pause de 15’).

Lieu 

Neuchâtel, CNP, rue de Vieux-Châtel 20, dernier étage.

Prix (formation continue) CHF 390.-

 

 

20. Haut potentiel un jour, haut potentiel toujours : la problématique de l’intelligence atypique de 7 à 77 ans

5 unités (périodes de 45 minutes)

 

Enseignants

Dr John Lippens

Psychiatre et psychothérapeute FMH, Membre superviseur EFPP, Lausanne

Thomas Perlini

Psychothérapeute reconnu au niveau fédéral, Psychologue spécialiste en psychothérapie FSP, Lausanne

 

« Je suis sûr(e) que mon enfant est surdoué(e) » … » Vous n’avez rien compris à qui je suis », dit tel(le) le/la patient(e) en nous mettant sous le nez un livre dédié à ces « zèbres »…

 

Notion réservée aux connaisseurs il y a une trentaine d’années, l’intelligence atypique s’invite de plus en plus bruyamment dans nos cabinets, parfois brandie de façon agaçante comme la cause de tout, parfois susurrée comme une possible origine d’un malaise social.

Qu’en penser ? Que répondre ? Comment l’investiguer et la définir ? Une lecture psychodynamique est-elle possible ? Comment l’intelligence atypique colore-t-elle certains troubles psychiques ?

 

Dans l’espoir d’en offrir un panorama large et actuel, nous vous proposons un séminaire bicéphale qui nous permettra d’aborder durant la même journée les problématiques de l’enfant, de l’adolescent et de l’adulte HPI. Car, finalement, il est assez rare qu’au jour de ses 18 ans l’adolescent(e) HP cesse de chercher un sens à sa vie, privilégie le raisonnement en ligne droite et se sente merveilleusement intégré dans notre société. Et décide de laisser tomber son hypersensibilité. Ou, autrement dit, ne souffre plus de ce qui est trop souvent vendu comme un don, alors qu’il coûtera cher à celui qui ne prendra pas conscience de ses particularités.

 

Bibliographie

Gauvrit N., Vannetzel L. (2018). Le haut potentiel intellectuel – Mise au point.

ANAE n° 154. Paris : Pleiomedia.

Gibello B. (2009). L’enfant à l’intelligence troublée. Paris : Dunod.

Grégoire J., Lubart T. (2012). Hauts potentiels des enfants : Force ou faiblesse ? Identifier leurs aptitudes pour développer leurs talents. ANAE n° 119. Paris : Pleiomedia.

de Kermadec M. (2011). L’Adulte surdoué : Apprendre à faire simple quand on est compliqué. Paris : Albin Michel.

 

 

Bibliographie (suite)

Lecerf T., Reverte I., Coleaux L., Favez N. et Rossier J. (2010). Indice d’aptitude général pour le WISC-IV : Normes francophones. Pratiques Psychologiques 16(1), p. 109121.

Liratni M., Pry R. (2012). Profils psychométriques de 60 enfants à haut potentiel au WISC-IV. Pratiques Psychologiques 18(1), p. 6374.

de Parseval C. (2007). De Ferenczi à Winnicott : Le « nourrisson savant » et le faux self. Le Coq-héron n° 189 (2), p. 122141. Toulouse : Érès.

Siaud-Facchin J. (2008). Trop intelligent pour être heureux ? L’adulte surdoué.

Paris : Odile Jacob.

Terriot K., Ozenne R. (2015). L’échelle d’intelligence de Wechsler pour enfants, 5ème édition (WISC-V). Approche Neuropsychologique des Apprentissages chez l’Enfant. ANAE n°134,        p. 95102. Paris : Pleiomedia.

Tordjman S., Kermarrec S. (2019). Mythes et réalités sur les enfants à haut potentiel intellectuel en difficulté: Les apports de la recherche. Neuropsychiatrie de l’Enfance et de l’Adolescence, v 67 n° 3, p. 130139.

 

Date 

Le samedi 14 mai 2022

09h15 – 12h00 (avec pause de 15’) et 13h30 – 14h45.

 

Lieu 

Neuchâtel, CNP, rue de Vieux-Châtel 20, dernier étage.

 

Prix (formation continue) CHF 195.-


21. Les états et processus autistiques : logiques et apports

10 unités (périodes de 45 minutes)

 

Enseignant

Prof. Albert Ciccone

Psychologue, Psychothérapeute, Psychanalyste, Président de l’ALPACE, Lyon

 

Nous ferons le point sur la compréhension psychanalytique des états et des processus autistiques. Nous ferons des hypothèses sur ce que peuvent « raconter » les manœuvres autistiques. Nous nous intéresserons notamment à la violence dans les contextes autistiques. Nous envisagerons les apports de la connaissance de l’autisme à la psychopathologie en général, à la compréhension de certaines formes de souffrance psychique, et à la représentation du développement psychique précoce. Nous discuterons des effets de l’autisme sur la parentalité.

 

Bibliographie

Alvarez A. et al. (1999). Autisme et Personnalité. Larmor-Plage : Éditions du Hublot (2001).

Amy M.-D. et al. (2016). Autismes : spécificités des pratiques psychanalytiques.

Toulouse : Érès.

Ciccone A. (2014). La Psychanalyse à l’épreuve du bébé. Fondements de la position clinique. Nouvelle édition augmentée. Paris : Dunod.

Ciccone A., Lhopital M. (2019). Naissance à la vie psychique – Troisième édition refondue, augmentée et mise à jour. Paris : Dunod.

Ciccone A. et al. (2016). Violences dans la parentalité. Paris : Dunod.

Haag G. (2018). Le Moi corporel. Autisme et développement. Paris : PUF.

Meltzer D. (1975). Explorations dans le monde de l’autisme. Paris : Payot (1984).

Tustin F. (1981). Les États autistiques chez l’enfant. Paris : Seuil (1986).

Tustin F. (1990). Autisme et Protection. Paris : Seuil (1992).

 

Dates 

Les samedis 11 et 25 juin 2022

09h15 – 12h00 (avec pause de 15’) et 13h30 – 14h45.

 

Lieu 

Neuchâtel, CNP, rue de Vieux-Châtel 20, dernier étage.

 

Prix (formation continue) CHF 390.-


 

Cours communs premier et deuxième cycle (cours 22 -24)

22. Atelier de psychothérapie comparée

8 unités (périodes de 45 minutes)

 

Enseignants

Claudio Carneiro

Psychothérapeute reconnu au niveau fédéral, Psychologue spécialiste en psychothérapie FSP, Lausanne

Bertrand Crottet

Psychothérapeute reconnu au niveau fédéral, Psychologue spécialiste en psychothérapie FSP, Bulle

Mme Daniela Dunker Scheuner

Psychothérapeute reconnue au niveau fédéral, Psychologue spécialiste en psychothérapie FSP, Lausanne

Dr Hugues Paris

Psychiatre et psychothérapeute d’enfants et d’adolescents FMH, Psychiatre et psychothérapeute FMH, Psychanalyste FEDEPSY, Neuchâtel

Dr Hubert Stoecklin

Psychiatre, Psychanalyste FEDEPSY, Toulouse

Dr Sofia Tsaknaki

Psychiatre-psychothérapeute FMH, Lausanne

 

L’atelier rassemble les étudiants du CERFASY et du SPsyAJ.

Sur la base de vignettes cliniques présentées par les participants, les formateurs donneront leurs éclairages sur la compréhension et la prise en charge de ces patients selon les trois axes ; TCC, systémique et psychanalytique.

Il vise à questionner chaque participant sur son identité de psychothérapeute selon son approche ainsi qu’à développer le dialogue inter-axes.

Une alternance de travail en petits groupes et en plénum rythmera cette journée.

 

Chacun aura au préalable préparé une vignette clinique d’une dizaine de minutes.

 

Bibliographie

Duruz N., Gennart, M. (sous la direction de) (2002). Traité de psychothérapie comparée.

Chêne-Bourg : Médecine et Hygiène.

 

Date

Le samedi 11 septembre 2021

09h00 – 11h45 (avec pause de 15’) 13h15 – 17h00 (avec pause de 15’).

 

Lieu

Non défini au moment de l’impression du programme, les participants seront informés en temps voulu.

 

Cours réservé à la formation postgrade.

 

23. Symposium; Les abus sexuels ; l’inceste dans quels souvenirs ?

6 unités (périodes de 45 minutes)

 

De la genèse du mythe oedipien aux réels des souvenirs, la psychanalyse est à l’épreuve de toutes les réalités liées aux abus sexuels, à l’inceste.

Nos experts psychanalystes vont discourir et s’interpeller à ces propos tus et débattus.

 

08h30 – 09h00          Accueil – café et croissants

 

09h00 – 10h15          Prof. Alain Ferrant, psychologue, psychothérapeute, psychanalyste, membre titulaire de la SPP (IPA), Lyon

                                             « Relation d’emprise, inceste et meurtre d’âme »

 

10h15 – 10h45          Pause

 

10h45 – 12h00          Dr Thierry Vincent, psychiatre et psychothérapeute FMH, Psychanalyste FEDEPSY, Grenoble

« Après l’inceste,e cheminement de la parole »

 

12h00 – 13h15          Repas à la Mandibule

 

13h30 – 14h45          Dr Michel Lévy, psychiatre, psychanalyste, ancien Directeur FEDEPSY, Strasbourg

« Inceste : blessure et cicatrice »                                  

 

14h45 – 15h30          Table ronde

 

Date

Le samedi 05 février 2022

 

Lieu

Marin-Épagnier, CNP, site de Préfargier, salle des fêtes.

 

Prix avec apéritif dînatoire (formation continue) CHF 180.-

 

Une attestation de formation (6 crédits) sera délivrée sur place.

 

 

24. Analyse de la série « En thérapie » (extraits choisis)

5 unités (périodes de 45 minutes)

 

Enseignant

Dr Michel Lévy

Psychiatre, Psychanalyste, ancien Directeur FEDEPSY, Strasbourg

 

Pour illustrer les séminaires de 1er et 2e cycles de cette année, nous prendrons quelques épisodes de la série « En thérapie ». Nous y verrons la solitude de l’analyste sur son fauteuil, la façon nécessairement personnelle de diriger un travail, la détresse humaine d’origine imaginaire ou réelle et en filigrane cette lancinante question : pourquoi parler ?

 

L’après-midi sera consacrée à un débat avec les participants pour interroger tout aspect de la clinique.

 

Date

Le samedi 18 juin 2022

09h15 – 12h00 (avec pause de 15’) et 13h30 – 14h45.

 

Lieu

Marin-Épagnier, CNP, site de Préfargier, salle des fêtes.

 

Prix (formation continue) CHF 195.-